CAYLUS

Publié le par FAB & GUIL

Type de jeu : développement, placement
 
Nombre de joueurs : 2 à 5     Durée : 1h (à 2) à 3 h
 
Hasard : 0 / 5        Ambiance : 3 / 5
 
Profondeur stratégique : 5 / 5
 
Renouvellement des parties : 5 / 5
 
Respect du thème : 5 / 5    Matériel : 4 / 5
 
    Pourcentage de cerveau utilisé : 98 %
 
But : Vous allez diriger une équipe d’ouvriers, ayant pour mission de bâtir un château-fort dans le bourg de Caylus. A chaque tour, vous devez placer au mieux vos hommes, afin qu’ils vous rapportent des marchandises (nourriture, tissu, bois, pierre et or), de l’argent, ou encore les bonnes faveurs du roi Philippe Le Bel … Les marchandises permettent de construire des bâtiments aux pouvoirs bien spécifiques, et aussi d’avancer le chantier du château. La construction de bâtiments rapportent des points de victoire. A la fin, seuls les points de victoire comptent pour désigner le vainqueur.
 

une partie à 2 joueurs : c'est la guerre entre orange et bleu, qui se sont lancés dans la construction de bâtiments gris...

 
Principe : Caylus, c’est du lourd ! Les règles sont épaisses et peuvent rebuter. Pourtant, au bout de 2 tours, tout coule de source, l’enchaînement des actions est évident. Un tour se compose de 7 phases successives :
 
Phase 1 : rentrée d’argent ( 2 deniers par joueur + 1 par résidence construite )
 
Phase 2 : placement des ouvriers ( 6 par joueur ).
Cette phase est la plus importante du jeu. En effet, tous les bâtiments se suivent le long d’une route. Certains sont déjà dessinés sur le plateau (donc fixes), les autres sont neutres ou construits au fur et à mesure par les joueurs. Ils seront ainsi activés dans l’ordre, les uns après les autres.
Pour placer un ouvrier, le joueur doit payer 1 denier, mais si l’on décide de passer, le prix monte à 2, puis 3 quand deux joueurs ont passé… Ici, l’argent prend toute son importance, et si l’argent n’est pas le but, il est bien le nerf de la guerre (comme à Puerto Rico par exemple).
Quand tout le monde a passé, on peut activer les bâtiments.
 
Phase 3 : activation des bâtiments spéciaux
Ce sont 6 bâtiments fixes, très puissants, surtout en début de partie. Les joueurs qui y ont mis un ouvrier le récupèrent en échange du pouvoir accordé.
 
Phase 4 : déplacement du prévôt
Aïe, aïe, aïe. C’est la phase où l’on se fâche avec les autres. En effet, il n’est pas suffisant d’avoir placé un ouvrier sur un bâtiment pour bénéficier de son action. Il faut que le prévôt soit passé visiter votre case ! En bref, ne seront activées que les bâtiments situés derrière le prévôt sur la route. Pour déplacer ce zélé fonctionnaire, les participants peuvent payer 1 denier par case, pour l’avancer ou le reculer (maximum 3 cases par joueur). La subtilité se situe dans l’ordre du déplacement. On reprend l’ordre des joueurs qui ont passé à la phase 2. Aussi, celui qui a passé en dernier a les cartes en main pour la destination finale du prévôt (à condition d’avoir gardé de l’argent ! ).
 
Phase 5 : activation des bâtiments de la route
Maintenant que nous savons où est ce maudit prévôt, les joueurs reçoivent ce que leurs rapportent les bâtiments activés, dans l’ordre de la route. Tous les ouvriers sont récupérés, laissant libre les cases du plateau pour le prochain tour.
 
Phase 6 : construction du château
Si des joueurs se sont engagés à construire au château, ils doivent fournir 3 cubes de marchandises différentes. Cela leur permet de marquer des points de victoire, et aussi de bénéficier d’une faveur du Roi. Les faveurs sont très, très, très importantes. Pour l’instant, je ne vois pas encore comment l’on peut s’en passer. Quand on obtient une faveur, on peut choisir si l’on préfère toucher des points de victoire, de l’argent, ou de la marchandise. On peut même construire des bâtiments par ce biais, sans avoir placé d’ouvrier chez le maçon, le charpentier, le notaire ou l’architecte !
 
Phase 7 : avancée du bailli et décompte éventuel
En plus du prévôt, un autre personnage avance sur le plateau. A la fin du tour, le bailli avance d’une ou deux cases, en fonction de sa position par rapport au prévôt. Le rôle du bailli est de veiller à l’avancée des travaux au château. Trois fois dans le jeu, lorsqu’il atteint une case signalée par un symbole, on regarde qui a bâti au château. Ceux qui n’ont rien fait ont des pénalités, ceux qui ont bien bâti ont des faveurs. Au troisième décompte, le bailli sonne la fin du jeu (il ne peut pas reculer sur la route, contrairement au prévôt).
 
Ne vous laissez donc pas effrayer par l’épaisseur des règles. Dès que l’on a compris, on enchaîne les tours automatiquement.
 

un aperçu du plateau : en haut, le château, l'ordre du tour et le tableau des faveurs. Avant le pont, les bâtiments spéciaux, activés en phase 3. Sur le pont, l'ordre des joueurs qui ont passé lors du placement des ouvriers. Après le pont, les bâtiments sur la route, activés dans l'ordre.

 
Avis de Guillaume :
Alors là, chapeau !! Caylus est la nouvelle bombe ludique, directement rangé entre Puerto Rico et Tigre et Euphrate, au rayon poids lourds. Il n’y a absolument aucun hasard. Tout est déterminé par l’action des joueurs : l’ordre du tour, la collecte des ressources, les revenus, l’activation des bâtiments… Le jeu est excellent quelque soient les configurations, notamment à 2 joueurs, ce qui est rare pour ce type de jeu.
Le jeu est déjà comparé à Puerto Rico, la référence des jeux de programmation. Toutefois, dans Caylus, les joueurs sont obligés d’adapter leurs stratégies tour après tour, en raison des caprices du prévôt. Il me semble qu’une stratégie prévue sur le long terme est plus hasardeuse. Mais cela dénote d’une plus grande intéraction entre les joueurs. De même, les parties sont sans cesse renouvelées, en raison du placement aléatoire des 9 bâtiments neutres en début de route. Au final, si vous aimez les gros jeux, très riches en stratégies à essayer, foncez ! Caylus est d’une profondeur incommensurable, mais en plus, il reste fluide et on ne voit pas le temps passé.
 
Avis de Fabrice :
A fond la stratégie !!!! Malgré des règles qui semblent difficiles et très complètes. Un seul tour de jeu et vous avez compris le fonctionnement. Le hasard n'a pas sa place dans ce type de jeu, tout est induit par les stratégies des joueurs qui privilégient soit l'argent soit les constructions. Un élément essentiel (surtout à 2 joueurs) est le placement du prévôt qui peut permettre de mettre à mal une tactique élaborée par l'adversaire. C'est un jeu excellent qui offre de nombreuses possibilités de développement et où les parties s'enchaînent sans pour autant se reproduire à l'identique. Chaque partie apporte des configurations différentes en fonction du placement des b^timents neutres au départ.
Si vous êtes attirés par les jeux de stratégie, n'hésitez pas car malgré l'aspect "gros jeu" il reste facile à jouer et très prenant. Ce n'est pas pour rien que ce jeu a obtenu le Tric-Trac d'or cette année !!!!!
 

Note de Guillaume : 5 / 5  ( Coup de Coeur ) 
 
Note de Fabrice : 5/5
 
Voir le prix du jeu :
 
Note culturelle : Caylus est un superbe petit village perché du Tarn et Garonne (82) , à la porte de l’Aveyron. Si vous y passez, la visite vaut le détour, notamment les conserveries de Foie-Gras …

Publié dans poids lourds

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Counter strike 20/12/2005 18:41

Cool :)


Mon petit site a moi counter strike

@ tres bientot !

Counter strike 20/12/2005 14:23

Cool :)


Mon petit site a moi counter strike

@ tres bientot !