Type de jeu : pose de tuiles, rapport de force
 
Nombre de joueurs : 2 à 4  
 
Durée : 45’ (2) à 1h30 (4)
 
Hasard : 1 / 5       Ambiance : 3 / 5
 
Profondeur stratégique : 5 / 5
 
Renouvellement des parties : 5 / 5
 
Respect du thème : 2 / 5    Matériel : 5 / 5
 
   Pourcentage de  cerveau utilisé : 96 %
 
Vous possédez un joli poisson-perroquet qui a très faim. Pour le rassasier, vous allez lui faire manger des coraux entiers contrôlés par vos crevettes. Derrière ce thème enchanteur et (artificiel), venez donc découvrir un jeu extrêmement tactique et férocement violent !!
 
But : manger vos 4 crevettes qui contrôlent des coraux eux-mêmes composés de polypes (ouf !). Chaque polype mangé rapporte des points en fin de partie. Il sera multiplié par 1, 2, 3, 4 ou 5 selon sa couleur et sa puissance à la fin de la partie. Il faut donc manger le maximum de polypes d’un seul coup, si possible de la bonne couleur…
 
Principe :
Vous l’aurez déjà compris, il est très difficile d’expliquer clairement Reef Encounter ! Essayons d’en faire une description rapide :
 
Selon le nombre de joueurs, on place un nombre égal de plateaux de jeu, indépendants, sur lesquels les participants vont placer des tuiles polypes pour développer leurs coraux.
 
Un corail est constitué de plusieurs tuiles polypes qui forment un réseau. Il y a 5 couleurs de polypes.
Un joueur peut poser une de ses 4 crevettes pour s’approprier un corail et le développer.
 
Très vite, les coraux se développent et suscitent les convoitises adverses. Il peut donc y avoir conflit entre deux coraux ennemis et de couleurs différentes.
 

Y'en a du matos ! 4 plateaux de récifs (4 joueurs), le plateau de mer au premier plan, des algues (jetons ronds), des larves (petits cubes), des paravents, des tuiles, des aides de jeu... Un jeu magnifique et d'excellente qualité !

 
Exemple de conflit :
le joueur A a développé un corail rose et veut s’emparer des emplacements du joueur B qui possède un corail jaune. A doit alors sortir des tuiles roses et agrandir son corail en s’attaquant aux tuiles jaunes adverses non-défendues. En effet, la crevette placée sur un corail sert à protéger des tuiles polypes de ce corail. Mais elle ne peut pas toutes les protéger, seulement celles qui sont sur des cases adjacentes.
 

Ici, le joueur rouge et le joueur vert ont placé deux crevettes chacun. Elles défendent leurs coraux et en limitent leur vulnérabilité.

 
Admettons que A remplace 3 tuiles jaunes par 3 tuiles roses. Il s’empare des tuiles adverses et les met devant son paravent. Elles lui serviront pour diverses actions.
Au fait, pourquoi le rose l’emporte-t-il sur le jaune ?
 
Le plateau de mer :
En plus des plateaux de récifs, il y a le plateau de mer. Sur ce plateau, de belles tuiles de combat colorées indiquent le rapport de force actuel des couleurs de coraux. Il y a donc toutes les résolutions de conflit entre toutes les couleurs.
Ainsi, le joueur A l’a emporté sur B car à ce moment de la partie, le rose battait le jaune. Mais la vérité du moment n’est pas forcément celle du futur, et il est possible d’inverser le rapport de force sur une tuile de combat. Il est également possible de bloquer définitivement une tuile de combat, pour être sûr par exemple que le rose gagnera toujours le jaune. Il faut alors la bloquer avec une algue
 
C’est là que je m’aperçois que j’ai oublié de vous parler des larves…mais j’arrête là …
 

Le plateau de mer: toutes les résolutions de conflit y sont recensées, en haut. Les 5 cases du bas permettent au joueur de se recharger en tuiles polypes et en larves à la fin de son tour.
 
Fin du jeu : lorsque les 4 crevettes d’un joueur ont été mangées, ou lorsque toutes les tuiles combat ont été bloquées par des algues.
 
Avis de Guillaume : Reef Encounter, c’est du costaud, du très costaud !!
 
Le plus difficile n’est pas de comprendre les règles car au bout de 2-3 tours, on a compris les mécanismes. Par contre, quelle profusion d’actions (10 différentes, toutes jouables en un tour), de couleurs (polypes, tuiles combat, crevettes, algues …) ! Que de possibilités stratégiques !
 
Ce jeu fait immédiatement pensé à Tigre et Euphrate, par son système de pose de tuiles, de conflits, de chefs (ici, les crevettes). Mais je crois qu’il est bien plus complexe que son prestigieux aîné ! Il possède à la fois une dimension stratégique sur le long terme et reste également un jeu d’opportuniste.
 
Le plus difficile est de contrôler la résolution des conflits sur le plateau de mer, par la pose des algues. En effet, une algue posée sur une tuile combat bloque définitivement un rapport de force entre deux couleurs de coraux, mais cette même algue entraîne le renversement de 1 à 3 tuiles de combat, ce qui change d’un coup la physionomie des plateaux de jeu. C’est donc tout un art que de poser de l’algue (art que je ne maîtrise pas du tout, je n’ai toujours pas gagné à ce jeu !).
Autre problème, posséder en même temps derrière son paravent les tuiles polypes d’une couleur et une larve de cette couleur. Car on ne peut pas poser de nouveaux polypes sans la larve associée. On perd donc quelquefois des tours de jeu à se recharger en polypes puis larves, et entre-temps la couleur dans laquelle on s’est dopé est devenue lamentablement faible…
 
Bref, cette description n’est sûrement pas très claire. Mais ne vous laissez pas pour autant impressionner par Reef Encounter. C’est un jeu costaud mais fluide. J’avoue ne pas avoir ressenti trop de plaisir pour mes toutes premières parties, car il y avait trop de directions possibles. Après quelques parties à 2 et à 4, j’en redemande ! Je vais bien arriver à les sonder ces abysses !
 
Avis de Fabrice : Là je replonge quand vous voulez !!!!
Ce jeu est plein de stratégies différentes à développer. Etendre son corail, placer des algues pour bloquer des conflits, manger ses crevettes (au bon moment...). Autant de choix qui s'avèrent lourds de conséquences pour la suite de la partie. Les actions à réaliser sont très faciles à retenir mais il faut faire les bon choix pour effectuer les bonnes car on n'est pas limité pas leur nombre. Il faut arriver à maîtriser de nombreux paramètres afin de donner à manger à son poisson-perroquet des polypes de la bonne couleur (ceux qui rapporteront le plus de points lors du décompte final).
 
L'un des points essentiel pour parvenir à la victoire, est de bloquer les tuiles combats sur lesquelles le poisson perroquet s'est déja nourrit.
Dans ce jeu, on ne peut pas tout maîtriser, il faut se limiter à quelques choix qui pourront rapporter ou non en fin de partie. De plus, les algues entraînent des changements de rapport de force entre les couleurs et donc des couleurs fortes deviendront faibles et vice versa...
 
Esthétiquement ce jeu est une pure merveille de par la qualité du matériel et des illustrations.
Comme l'a déja dit Guillaume, ce n'est vraiment pas facile d'expliquer ce jeu, le plus simple est de l'essayer !!!!
 
Age : 12 ans
 
Note de Guillaume : 4 / 5
 
Note de Fabrice : 5 / 5 (Coup de coeur)
 
Voir le prix :
 
Retour à l'accueil

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés