WINGS OF WAR : Famous Aces

Publié le par FAB & GUIL

 
Type de jeu : programmation, mission
 
Nombre de joueurs : 2 à 4    idéal : 4
 
Durée : 30 – 45 '
 
Hasard : 3 / 5       Ambiance : 4 / 5
 
Profondeur stratégique : 2 / 5
 
Renouvellement des parties : 4 / 5
 
Respect du thème : 5 / 5    Matériel : 5 / 5
 
   Pourcentage de  cerveau utilisé : 57 %
 
Wings of war est un jeu simulant les affrontements des avions de combat durant la 1ère guerre mondiale. Il existe pour l’instant 2 extensions et d’autres verront bientôt le jour. Cette critique ne concerne que le jeu de base « Famous Aces ».
 
But : descendre les avions du camp opposé !
 

Ballet aérien entre 2 avions allemands et un avion allié. Puisque les deux cartes se touchent, les deux ennemis ne peuvent se tirer dessus.
 
Principe : Wings Of War est un jeu que l’on peut moduler selon son envie. En effet, en fonction du nombre de joueurs, on peut varier les configurations. A 2, on peut prendre 1 ou 2 avions chacun ; à 3, un joueur peut contrôler 2 avions ou alors tenter de lutter à 2 contre 1 ; à 4, config que je préfère, on joue en équipe.
 
Dans le jeu de base, il s’agit de combattre de manière classique, c'est-à-dire de s’affronter en plein ciel. Mais il existe des scénarios différents si l’on possède les extensions, composés de missions à objectifs précis (bombarder une cible, passer un certain nombre de tours chez l’ennemi, viser un zeppelin…). Il est bien sûr possible pour les plus imaginatifs d’inventer ses propres scénars !
 
Quand on a fixé les modalités de la partie, le combat commence. Chaque participant choisit un avion parmi 4 types, A, B, C ou D. Ils sont les fidèles reproductions des avions d’époque, et à ce titre, leurs possibilités de déplacements sont différentes. Certains vont vite mais sont peu maniables, d’autres tournent large à gauche et serré à droite…
 
Le joueur reçoit un plateau individuel sur lequel il va programmer ses 3 déplacements pour le tour. Ce plateau lui servira également à empiler les dégâts et les avaries subis en cours de partie.
 

Le plateau individuel. Les 3 manoeuvres et les dégâts (en rouge) doivent bien sûr être tenus secrets, y compris pour son équipier.
 
Exemple d’un tour de jeu :
 
-         Programmation des 3 déplacements du tour :
 
Le joueur choisit dans son paquet de cartes déplacement, les 3 manœuvres successives qu’il veut appliquer à son avion. Il ne pourra plus modifier sa programmation par la suite, même en cas d’erreur ou de bérézina !
 
-         Révélation des manœuvres en simultané :
 
Chaque combattant révèle sa première carte, et l’on applique les déplacements 1 de chacun. Puis les déplacements 2 et 3 de la même manière.
Pour cela, on place sa carte devant la carte avion, et on déplace cette dernière pour la « recoller » à la carte déplacement.

 Voici un exemple de déplacement de l'avion allié, en 2 étapes.
 
 
Il faut à chaque fois vérifier si des avions ne sont pas touchés par l’adversaire, en utilisant la réglette depuis le centre de l’avion qui tire jusqu’à la carte adverse. S’il y a contact, l’avion en face est touché, et le joueur pioche 1 ou 2 cartes dégâts.
Les avions possèdent des points de vie. Dès que la somme des dégâts atteint ou dépasse la limite, c’est fini, l’avion part en vrille…
 

Le Baron Rouge est touché par le Français. Il va même piocher 2 cartes dégâts car il est situé à moins de la moitié de la réglette.
 
Avis de Guillaume : Voilà un jeu original et riche.
 
Original, car le principe de déplacement des avions est ingénieux. On a l’impression de naviguer en plein ciel sur la vieille table en chêne. Les sensations de pilotage sont au rendez-vous, on se demande tout le temps si on ne s’est pas planté dans ses choix.
 
Riche, car les nombreux scénarios, les différents avions, les multiples extensions, les possibilités d’adaptation, rendent Wings Of War inépuisable.
 
Et même s’il est difficile de vraiment prévoir et anticiper les manœuvres ennemis, le plaisir est bien là.
Je n’étais pas particulièrement attiré par ce jeu. Sa découverte est un vrai rafraîchissement, surtout pour qui ne connaît pas les wargames (comme moi).
 
Excellente surprise donc, il me tarde de découvrir les scénars des extensions !
 
Avis de Fabrice : Un sentiment bizarre ...
 
A l'issue de ma première partie, j'ai trouvé ce jeu très sympa, avec un mécanisme original et très bien trouvé, un thème respecté, en fait que des points positifs.
 
Mais bizarrement, ça ne me dit rien de refaire une partie, j'y ai pourtant rejoué mais effectivement ça m'a beaucoup moins emballé. Alors je me suis demandé pourquoi ???
 
Tout d'abord, je n'apprécie pas les wargames, car je ne les connais pas mais d'un autre côté ces jeux ne m'attirent pas spécialement. Ensuite le côté magique du déplacement perd un peu de son charme et je pense que le point qui m'avait le plus plu était bien le déplacement des avions. Enfin je n'ai pas aimé la distribution aléatoire des points de dégâts. Je pense qu'à ce niveau là, on peut apporter une variante (que nous avons testé).
 
Variante : Répartir les dégâts en 2 paquets avec d'un côté les 1 et 2 puis de l'autre les 3 et 4, et en répartissant les 0 équitablement dans les 2 paquets.  Ainsi quand il y a combat mais à une distance importante (plus de la moitié de la reglette), on pioche dans le paquet avec les 0, 1 et 2. Et quand le combat est proche on pioche dans le paquet 0, 3 et 4. Ce qui réduit un peu le côté aléatoire de l'attribution des points de dégâts.
 
En résumé, j'aurais dû rester sur ma première impression et ne pas rejouer à ce jeu, dommage !!!!
 
 Age : 10 ans
 
Note de Guillaume : 4 / 5
 
Note de Fabrice : 3 / 5
Voir le prix :
 
 

Publié dans poids moyens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

tintin56 28/05/2006 10:26

plus complexe qu'il n'y parait, il faut imaginer ce que l'autre va faire / peut faire/ pense que l'on va faire..... et en même temps être synchro avec le paretenaire sans communiquer. On ajoute à tout cela déplacer les avions sans bouger les cartes, malgré les gants de boxe au bout des mains;
C'est quand même un chouette jeu merci antoine.