BUS

Publié le par FAB & GUIL

Type de jeu : réseau, planification
 
Nombre de joueurs : 3 à 5    idéal : 4
Durée : 1 h à 2 h
 
Hasard : 0 / 5       Ambiance : 2 / 5
 
Profondeur stratégique : 5 / 5
 
Renouvellement des parties : 4 / 5
 
Respect du thème : 3 / 5    Matériel : 3 / 5
 
   Pourcentage de  cerveau utilisé : 97 %
 
 
Dans Bus, les joueurs vont bâtir et développer leur réseau de bus dans la ville de Londres.
 
But : Transporter le maximum de passagers, qui ont besoin d’aller successivement chez eux, au bistrot ou au boulot. Chaque passager amené sur le lieu désiré fera marquer un point à l’heureux propriétaire du bus.
 

Le plateau de jeu. On a affaire à un plan de Londres très coloré !

 

Principe : A Bus, chaque joueur dispose de 20 actions pour la durée totale de la partie. Il n’y a aucune limitation. On peut ainsi jouer 5 fois dans un tour, puis passer complètement au tour suivant !
Les actions possibles sont résolues dans l’ordre suivant :
 
1)      Extension de sa ligne : les joueurs choisissant cette action pourront étendre leur réseau à travers les rues de Londres, pour desservir au mieux les bâtiments de la ville.
 
 
2)      Achat d’un bus : un seul joueur peut augmenter son nombre de bus. Ainsi si on a 3 bus, on pourra transporter 3 passagers maximum (action Vroumm).
 
 
3)      Nouveaux passagers : on peut les faire venir par les 2 gares du plateau. Ils restent ensuite sur le plateau.
 
 
4)      Nouveaux bâtiments : on construit sur les emplacements du plateau. On a le choix entre des maisons, des pubs ou des bureaux. Il y a cependant un ordre à respecter. On construit d’abord dans le centre-ville puis on s’en éloigne peu à peu pour se retrouver aux bords du plateau.
 
 
5)      Avancée de l’horloge : celle-ci se déplace à chaque tour et indique sur quel type de bâtiment vont se rendre les passagers (boulot, bistrot ou dodo). Mais attention, subtilité !! un seul joueur peut choisir de bloquer l’horloge pour figer le temps. Les passagers restent alors un tour de plus sur les mêmes bâtiments. Ce jouer vient tout de même de perturber la marche du temps et se coltine ainsi un point de pénalité !
 
 
6)      Vroumm !! : c’est l’action à choisir pour convoyer les passagers sur les lieux fixés par l’horloge à ce tour. 1 passager satisfait = 1 point engrangé !
 
 
7)      Premier joueur : un joueur peut sacrifier un cube d’action pour reprendre l’initiative au tour suivant.
 

Le tableau des actions : elles sont résolues dans l'ordre de gauche à droite. Sur ce plan, on voit d'abord l'extension de lignes, puis l'achat d'un bus (pour l'instant Vert et Rouge ont 3 bus, Bleu 2 seulement), arrivée de nouveaux passagers, nouveaux bâtiments, et horloge.

 
 
Avis de Guillaume : Bus est un jeu qui ne paie pas de mine. La petite boîte, les graphismes enfantins et colorés font penser à un petit jeu léger.
 
Il n’en est rien. Bus, c’est du costaud !
 
La règle est simple et vite assimilée. Mais ensuite, on reste pantois devant le nombre de possibilités stratégiques offertes.
 
Dans Bus, il faut que la concentration soit en permanence au top, car on doit tenter d’analyser les situations plusieurs tours à l’avance. En effet, malgré le système très libertaire qui permet de jouer autant d’actions qu’on veut à chaque tour, il est dangereux d’en effectuer plus de 3 par tour. Il faut donc gérer son stock d’actions au mieux. Souvent, il n’est pas possible de développer sa ligne (bâtiments + rues + nouveaux  passagers) et de marquer des points dans le même tour. Et vu qu’il faut tout faire durant la partie, force est de trouver le bon timing. A ce titre, l’ordre du tour est déterminant. Il faut parfois ronger son frein durant un tour mais reprendre la main.
 
Tout est vraiment dans ce « bon timing ». Il faut développer ses lignes, acheter des bus, se construire des bâtiments desservis uniquement par sa ligne, éventuellement amener des passagers par la gare, avant de marquer enfin des points. Mais tout cela est bien sûr dépendant des décisions des autres, qui vont se régaler de vous court-circuiter.
 
Car l’autre point fort de Bus est l’intéraction permanente entre les joueurs. Il y a finalement peu de passagers et les lignes concurrentes se chevauchent bien vite. On assiste ainsi à une véritable empoignade pour se voler les passagers. L’action Vroumm devient alors la priorité des joueurs, surtout en fin de partie quand les réseaux sont figés et la ville saturée de bâtiments.
En conclusion, Bus est un jeu exceptionnellement riche et exigeant. La gestion libre de ses 20 actions pour la totalité du jeu est une excellente idée mais gare au piège ! Un joueur trop dépensier se mordra fatalement les doigts en fin de partie, quand chaque convoyage de passagers score 3 ou 4 points d’un coup.
 
C’est l’un des rares jeux où une véritable planification des actions sur plusieurs tours à l’avance est possible et indispensable pour gagner. Mais là où Bus devient exceptionnel à mes yeux, c’est qu’il offre en même temps une interaction permanente entre les participants.
 
stratégie + coups bas = Coup de Cœur !!!!
Avis de Fabrice : Bien que le fonctionnement soit basé sur la relation " Maison, Boulot, Bistrot" qui peut paraître routinier, ce jeu est vraiment hyper stratégique et plein de rebondissement.
 
En effet, il faut arriver à penser "au bon moment" aux actions à réaliser, car on n'en a que 20 pour toute la durée de la partie. Même si l'on peut sur un seul tour jouer beaucoup d'actions, la solution pour maîtriser le jeu est de garder plus de pions que ses adversaires mais souvent on se laisse emporter (surtout moi !!!!).
 
L'intéraction est également omniprésente car à Bus, les passagers ne nous apartiennent pas ils sont transportés sur les lignes des différents concurrents donc l'autre action importante est d'être le premier à jouer pour pouvoir les transporter sur ses propres lignes afin qu'ils rapportent des points à chaque fois.
 
Une seule chose ne m'a pas attiré au début à ce jeu (avant que je connaisse la règle), c'est la boîte (pas très jolie à mon goût) et le plateau de jeu (un peu trop kitch). Mais bon, une fois dans la partie, on fait totalement abstraction de ce détail là pour ne s'attacher qu'à faire monter les passagers dans ses bus et ses propres lignes.
 
Stratégie, aucun hasard, interaction entre les joueurs, Bus est vraiment, malgré ses apparences, un très grand jeu où les fins stratèges, comme Guillaume, s'en donnent à coeur joie.

Une vue rapprochée : ce passager potentiel se trouve à une intersection présentant 2 bureaux. Il pourra être transporté par le joueur Rouge s'il faut se rendre à une maison ou à un pub. Mais si l'horloge indique Bureau, il montera sur l'une des 2 cases, et sera ainsi intransportable car déjà satisfait. (Au fait, tous les quartiers du plateau symbolisent des jeux de société célèbres. A vous de les reconnaître...)

Age : 14 ans
Note de Guillaume : 5 / 5 (Coup de Cœur !)
Note de Fabrice : 5 / 5
 
voir le prix :

Publié dans poids lourds

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article